Flore et faune de Madagascar

Il y a 160 millions d’années, Madagascar était situé entre l’Afrique et l’Inde sur un supercontinent appelé Gondwana, quand cet énorme bloc terrestre s’est fracturé. Les mouvements géologiques ont formé une chaîne de montagnes de 1500 km de long soit toute la longueur de l’île.

Au fil des ères géologiques, ces énormes d’eaux et de plateaux de granites étaient sculptés par les éléments, le climat de ces hauteurs est le plus extrême de l’île, les journées sont caniculaires et les nuits glaciales, la région apparaît désertique et pourtant elle abrite la ville, d’ordinaire attiré par les forêts tempérées quelques groupes de lémuriens à queue annelée ont élu domicile de ces hautes terres battues par le vent

pour combattre le froid les lémuriens ont un corps gras, un peu large, plus épais que leurs congénères de basses altitudes, après avoir passé la nuit, serrés les uns contre les autres dans une crevasse, ils commencent la journée par un bain de soleil

Seules les espèces végétales qui aiment l’aridité comme les aloès et les cactus peuvent survivre dans ce désert d’altitude, au cours de la saison sèche ces plantes succulentes sont la seule source d’humidité pour les animaux

Les lémuriens à queues annelées peuvent aussi vivre seuls au sol que dans les arbres, ce qui fait d’eux la sous-famille la mieux adaptée, plusieurs groupes arrivent à vivre dans ce plateau, les plus chanceux occupent une vallée plus abritée où quelques arbres ont réussi à prendre racine.

Toutes les femelles ou presque ont un petit sous leurs dos, signe que leur existence est relativement paisible ici, mieux protégée des éléments et plus riche en ressources alimentaires, ce groupe familial compte de nombreux membres et peut consacrer beaucoup de temps à la vie sociale

En contrebas de la montagne, les forêts pluviales cèdent la place aux forêts tropicales plus chaud et plus humide, les conditions hygrométriques sont propices aux grands massifs des bambous, l’enchevêtrement des tiges cassées ou tordues forme un terrain de jeux et d’escalades naturels pour l’une des espèces le plus spécifique de Madagascar, les hapalémurs sont les pandas de l’île, ils se nourrissent exclusivement des tiges géantes de bambou, en outre les feuilles de certaines variétés sont pleines de cyanures  et pourtant trois sous-espèces d’hapalémurs se nourrissent exclusivement de ce végétal, deux d’entre elles préfèrent les parties de plantes à faible teneur de cyanure , mais le troisième hapalémur doré mange l’extrémité de jeunes pousses très concentrées en poison, on ignore par quel mystère, il résiste à des doses vingt fois plus élevées que le seuil mortel, c’est grâce au subtile variante de leur régime alimentaire que ces trois sous-familles peuvent cohabiter de ce petit coin de forêt

Les forêts de basses altitudes abritent un étrange vestige du passé une plante qui remonte à l’époque où Madagascar était encore relié au continent Africain, l’arbre du voyageur ou ravinala et endémique, mais il est de la même famille que ces fleurs d’Afrique du Sud appelé oiseau de paradis
Sur le continent ces plantes sont pollinisées par les oiseaux qui se nourrissent du nectar, mais à Madagascar l’arbre du voyageur attire un autre pollinisateur nettement plus attendu que les oiseaux, ces grandes fleurs produisent d’importantes quantités de nectar sucré ont assez de résistance pour supporter du poids heureusement car les ayes-ayes n’y vont pas les mains mortes, contrairement aux apparences l'aye-aye fait partie de la famille du lémurien, quand il se nourrisse son museau se couvre de pollen qu’il transporte vers d’autres arbres du voyageur, pour l' aye-aye le nectar n’est qu’une friandise.

Madagascar, de sa biodiversité demeure une île plaisante où certaines flores et faunes sont endémiques, L'isolement de l'île, l'absence de grands prédateurs, a contribué à l'évolution originale des espèces actuelles.

 

"Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants-droit ou ayants-cause est illicite"

Tous droits réservés ©Lygier

 

 

21.04.2016 21:02

 

Proverbes malgaches

 

Comme de traverser de l'eau qui vous va jusqu'au cou, on nage presque.

 

Toy ny mita rano hatenda, ka manao sarisarin-domano.

 

 

 

Partager

Commentaire